133. ENCOMTVM MATAEI FLAOI ILLVRICI SCRIPTVM GRAECIS VERsibus a Viro Illustri, IACOBO DIASSORINO Domino Doridos, eiecto a Turcis patria & ditione, qui multis annis fuit ductor equitum Graecorum in exercitu Caroli V. Imperatoris in Italia & Gallia. Item, carmen de natauhvs, Parentibus, Vita, Moribus, Rebus gestis eiusdera Flaoi. Avtore Noha Bucholcero. Anno M.DLYin. In-4° de 12 ff. non chiffres, divises en 3 cahiers de 4 ff. chacun, signes A, B, C. Le verso du titre est blanc. Cette rarissime plaquette ne porte pas de lieu d'impression, mais Petrus Albinus, dans ses notes sur la Vita la- cobi Despotx Moldavorum reguli, par Jean Sommer (Wittemberg, 1587), nous apprend (p. 139) qu'elle fut imprimee a Wittemberg. Les ff. 2, 3, 4 sont remplis par une proface au lecteur. Le poeme de Diassorinos com- mence au f. 5 r° et finit au f. 7 r·. Le reste est occupe par le podme latin de Bucholcer. h'Sloge de Matthias Flach-Francowitz (plus connu sous le nom de Flacius lllyricus) n'est en realite qu'une satire violente. 11 est e"vi- όηρόν SEIZ1EME SIECLE. 297 dent que Diassorinos la composa pour faire sa cour a Melanchthon, qui avait alors maille a partir avec le fougueux Illyrien. Le poeme de Diasso- rinos ne comprend que 157 vers; en voici le debut, a titre de curiosite : ΕΓΚΟΜΙΟΝ ΜΑΤΗΑΙΟΪ ΒΛΑΚΟΣ1 TOT ΙΛΛΤΡΟΖ TOT ΑΓΝΟΜΟΝΕΙΤΑΤΟΤ ΚΑΙ BAPBAPQTATOT ΚΑΙ MIAPQTATOT, QMOr TE ΚΑΙ ΤΕΤΛΟΤΖ ΚΑΙ ΠΑΝΤ ΑΗΡΟΛΟΪΣ. Γένους βροτείου τήν διάστροφον φρένα δντως γινώσχειν δυσμαρέστατον πέλει. Ουδέν γάρ άλλο ποιχιλώτερον φύσει έπισφαλέστερόν τε ανθρώπων νόου έχ πράξεως δέ εύμαρώς χα! τοΟ λίγου, σοφοΟ νοοΟμεν χαί απαίδευτου τρόπον. ΣοφοΟ δε παντός ήθος εύχόλως φέρειν τους λοιδορισμούς τοΟ απαίδευτου γένους, χαί προς τάς ύβρεις δυσχαθέχτους ασμένως μή άντιτείνειν μήτε ίργοις ή λόγοις · άλλ' ώς άγύρτας χαί μίμους οίνόφλυγας iav τε βωστρεΤν χαί βιοΰν άγνωσία, etc. Bibliotheque nationale de Paris, Υ ¦+¦ non porte\ Jacques Diassorihos otait natif de Rhodes, comme il nous l'apprend lui- meme dans la souscription d'un manuscrit grec ecrit par lui en 1541, a Chios, et qui se trouve actuellement a la Bibliotheque nationale de Paris (fonds Goislin, n° clhi). Cette souscription est ainsi concue : Ίάχωβος 'Ρόδιος ό Διασσωρϊνος* έν Χίω γέγραφεν τοΟ αφ.μά έτους άπό τ>5ς θεογονίας. Des documents que nous citerons dans cette notice, il resulte que son p6re habitait Chios; il avait tres vraisemblablement abandonne Rhodes, lors de la conquete ottomane, en 1522. On a otabli pricedemment que Jacques Diassorinos avait eu pour maitre Hermodore Laestarchos. Le 16 juin 1543, il habitait Venise, et son ancien condisciple Alexandre Neroulis lui ocrit de Zante une lettre oil il se felicite d'dtre en correspondence avec lui. II y fait 1'eloge de Diassorinos, enume- rant successivement sa bonte d'ame, son eloquence, ses actes de courage, ses exploits et meme le prestige de son origine rhodienne. II resulte de cette meme lettre que Jacques Diassorinos avait ete a Zante 1. Cost ά dessein que Diassorinos Iraduit le nom de Flach par le grec Βλάζ (au genitif Βλάχος), qui signifie sot, imbicile. 2. Diassorinos signc ici Διασωρινος, ailleurs Διασσωρΐνος, c'cst cette derniere ortho- graphe que nous avons adoptee. 298 BIBLIOGRAPHIE HELLENIQUE. ct que son ρέΓβ vivait encore a cette opoque. Gitons les paroles memes d'Alexandre Ndroulis : Πώς γάρ, άριστ' ανδρών, τδ τής σής ευγνωμοσύνης χοΐ τ·ϊ)ς χαλοχάγαθίας άχρότατον, μάλλον δέ τής σοφίας άρρητον, χοΐ το τής γλώττης ήδύ τι χα! εύστροφον (έώ γάρ τά τϊ)ς άνδραγαθίας χαί γενναιότητος έργα, χαΐ τ6 των "Ροδίων δνομα περίφημον, & είσιν άξια ού μόνον φιλιωθήναι προς ηγεμόνας χαί άρχοντας άλλα χαί προς αυτούς τους ίν τέλει τής φιλοσοφίας άχροτάτους), ούχ άξια έσονται άρμοσθήναι πρδς τήν έμήν φιλίαν τοΟ εύτελοΟς χαί αναξίου; Μηχέτι ούν, άντιβολώ, περί τούτου [πρδς],ήμ8ς γράφε. ΠερίδέτοΟ σοΟ ιματίου, ούχ Ιπεμψα ϊτι τώ σώ πατρί απελθόντων γάρ υμών, ένθένδε μία μόνη όλχάς ές Χίον άφίχετο, χαί αΟτη πάνυ σφαλερά. Ούχ Ιδοξε δέ μοι πέμψαι τοΟτο, δεδοιχώς τδ τών πειρατών πλήθος, of έν τώ Αίγαίω έτύγχανον · τήν ταχίστην δέ τοΟτο ές τούπιδν πέμψω'. A Venise, Diassorinos se trouvait denue de ressources et reduit a un 6tat tres voisin de la misere. Dans une lettre datee du 28 Janvier 1544, il sup- plie Neroulis de lui envoyer a credit pour quatre ducats de boutargues (αύ- γοτάραχα), l'assurant que, bien qu'il ne soit pas riche', il lc paiera jusqu'au dernier sou. Dans cette lettre, il parle a deux reprises de sa pauvrete : Άν- τιβολω σε τοίνυν ζητήσαι εύρεΐν, έμοΟ γε ένεχεν, ώοτάριχα, & τίνες χοινώς αύγοτά- ραχα λέγουσιν, στατήρων τεσσάρων, φημί δουχάτων, ή παρά τοΟ αίδεσιμωτάτου ιερέως x^pio\j Θεοδώρου, ή παρά τοΟ όσιωτάτου Ιερομόναχου χυρίου Μανασσή, ο? τήν τών ιχθύων έχουσιν άγραν, ή παρά τίνος άλλου. ΚαΙ μή με τής αιτήσεως αποστέρησης πένητα δντα · χαί ποτέ ήμεΤς μέχρι χαλχοΟ άποτίσομεν. Έγώ γάρ, σοΟ γράψαντος, παρέξω χυρίω Μάρχω Σαμαριάρη τά χρήματα, ή άλλω τιν! βούλει, ή, ε! μέν μέλλεις πρδς ήμας έλθεΐν αύτδς ευοδωθείς, 8 χαί πρδς τής φιλίας Ίχετεύω μή άλλως γενέσθαι *. Plus loin, il revient encore sur sa pauvrete : περί δέ τών χρημάτων, ει μέν στελεΤς, μή ένδοιάζης · ο7δας γάρ δτι πένης μέν ειμί, etc.3. Le 25 aout 1544, Diassorinos est loujours dans la mnme situation pre- caire; il ecrit a Neroulis : ούχ Ix τών εύδαιμονούντων έσμέν, άλλα μάλλον έχ τών δυστυχών. Πώς γάρ εύδαιμονήσωμεν άν, οι τήν ήμετέραν τυραννιχώς Ιχοντες βάρβαροι πατρίδα, ήμεΤς δέ ώδε χάχεΓσε ύπδ τής τύχης περιφερόμενοι, ζητοΟντες εύρείν τίνα δδδν πρδς τδ ζήν εΰπορον, χαί χαθ' έχάστην έν αύτώ μοχθοΟντες*; Enfin, trois mois plus tard, le 25 octobre, il a trouve un emploi, et il s'empresse d'en faire part a ^roulis : έγώ δέ τδν χαιρδν δρών παρερχόμενον, χαί τήν πενίαν με πάνυ χατατρύχουσαν μή δυνάμενος φέρειν, δδόν τίνα τοΟ ΛΊν εδ- ρον εΰπορον*. Une lettre de Neroulis a Diassorinos, en date du 19 fevrier 1545, nous re"vele la nature de l'emploi qu'avait trouve son ancien con- disciple. Pour se soustraire a la misere qui l'obsodait, lc noble Rhodien 1. Ms. de Turin, f. 55 ft 2. Ms. grec LXIV de Turin, f. 51 ft 3. Ibid., f. 51 v. 4. Ibid., f. 54 ft 5. Ibid., f. 44 ft SEIZIEME SIECLE. 299 6tait entro a la pharmacie de l'Ange, a Venise. Neroulis se represente son ami courbe sur un mortier et exprime Ja crainte qu'a ce vil metier il ne compromette le tresor de connaissances qu'il a eu tant de peine a acque- rir. II voudrait le voir cultiver la philosophic, qui guerit les maladies de l'ame, et non cette science grossiere, περί άμίδας χαΐ σχωραμίδας χαταγινο- μένη1. Cette lettre, oil Neroulis parle de la pharmacie en des termes qu'on croirait empruntes a Rabelais, ne porte d'autre date que celle du 5 mai, mais elle est certainement de 1545. En voici 1'adresse, qui merite d'etre rapportee : Al nobil giovane messer Hiacomo Diassorino Greco, da fratello caris- simo, in Venetia, al campo de S. Bartolomeo, a la Speciaria de I'An- gelo *. L'adresse de la lettre du 15 fevrier 1545 est ogalement interessante : Al molto mio charissimo cucino messer Iacobo Rodiotto, gentilhomo Greco, a san Zuane Niovo, al ponte di piera, in casa di messer Zuane Tamiano*. Pendant les dix annees suivantes nous manquons de details sur le compte de Diassorinos; mais ce ne saurait etre que pendant une partie de ce laps de temps qu'il commanda une troupe de cavaliers grecs ou stradiots dans les armees de Charles-Quint, et prit part aux expeditions de cet empereur en France et en Italie*. Cependant nous verrons plus loin qu'il etait re- tourno en Grece. Nous croyons aussi etre dans le vrai en affirmant que ce fut entre 1545 et 1555 qu'il copia six beaux manuscrits grecs qui font aujourd'hui partie de la Bibliotheque deTEscurial, on ils sont respectivement cotes : Σ-ΙΙΙ-6, T-II-20, T-III-1, Φ-ΙΙ-21, Ω-Ι-15 et fl-IV-23!. Quatre de ces manuscrits sont dedies au futur Philippe II, et un a son secretaire intimc, Gonzalo Perez. Voici la dedicace du ms. Σ-ΙΙΙ-6, qui contient les Tactica d'Elien : ΕΙΣ TON ΕΠΕΒΕΙΤΑΤΟΝ ΚΑΙ ΑΗΤΤΗΤΟΝ 8ΑΪΙΛΕΑ TON BPETTANQN ΦΙΑΙΠΠΟΝ. ΑΙλιανοΟ βίβλος είμ! πολύστονα Ιργματ' Άρ5)ος χεύθουσ' 'Ελλήνων χρίχνυ άπολλυμένων · ήδη Έσπερίηνδε λιποΟσ' εναγή βασιλήα ήλυθον ίς πιστοΟ δώματα ήγεμόνος · 1. Ms. grec LXIV de Turin, f. 50 v. 2. Ibid., f. 50 V. 5. Ibid., f. 49 r·. 4. Vot. ci-dessus le titrc de VEncomium. 5. On en trouvera la description dans E. Miller, Catalogue des manuscrits grecs de t'Escurial, aui pp. 95, 131, 132, 163, 467, 495. 300 BIBLIOGRAPHIE HELLENIQUE. οΰτε διδαξομένη στίχας Ιρχομαι ηγεμονία, πολύπλοκους τε τρόπους "Αρεος α!μοβόρου ¦ οΰτε φαλαγγών δήνεα, πολλά γάρ ήρανος οΐδεν είδη των πατρικών δειμαλέων πολέμων. 'Αλλά μιν έξερέουσα πολύστονα πήματα θυμοΟ, ΤοΟρκος άπερ δραίνει υ'.έσιν εύσεβέων · άνδρας μέν καίνυσι, βαθυζώνους δέ γυναίκας τέκνα δέ τουρκίζει, ποίμνια πάντα δ' άγει. Τώνδε μνήσθητ', ώναξ, και, τάσδε στίχας άνδρων ώγυγίων άθρών, μνώεο Κεκροπίης. Και γάρ άπασα, ΦΙΛΙΠΠΕ, Μακεδόνικη σε Φιλίππου γϊ) καλέει θαμινώς ΦίΜΠΠΟΝ εύσεβέα. "Ηκω γάρ τούτων μοιρήγενες ολβιόδαιμον, και σύ με τήν ξείνην δέχνυσο εϋμενέως Ιακώβου Διασσωρίνου, κυρίου τ^ς Δωρίδος1. Nous retrouvons Diassorinos a liruxelles en 1555. II vient rejoindre dans cette ville son cousin Basilicos, qui servait alors dans les armees im- periales. Diassorinos ne fut pas sitot arrive que Basilicos s'empressa de le mettre en relation avec Melanchthon, dont il avait fait lui-meme la con- naissance en AUemagne. Le 25 novembre 1555, ils ecrivent cliacun une letlre au doux Philippe. Le « seigneur de Samos » se fait le chaperon du « seigneur de Doride », et le presente comme venant d'arriver de la Grecc. Afin de conquerir les bonnes graces de Melanchthon, Diassorinos lui pro- met l'envoi d'un livre rare, probablement quelquc manuscrit. Melanch- thon, alors tres occupe, leur fait repondre par son fidele Camerarius. Ces diiferentes lettres sont reproduites dans l'Appendice. C'est ici le lieu de dire un mot du titre de «seigneur de Doride» que Diassorinos se decerne dans sa lcttre a Melanchthon, dans l'inlitule de YEncomium, et dont il fait suivre son nom dans la souscription des ma- nuscrits de TEscurial calligraphies par lui. Est-il besoin d'affirmer que la ι seigneurie de Doride » n'a jamais existe et que, par consequent, Dias- sorinos ne put en etre depossede par les Turcs, comme il a l'e£fronterie de le pretendre. La creation de cette seigneurie chimerique appartient tres vraisemblablement a Jacques Basilicos, qui inventa pour lui-meme la « sei- gneurie dc Samos ». Dans son Arbre ge'ne'alogique, publie a Kronstadt de Transylvanie, en 1558, Basilicos donne comme chef de la famille a laquelle lui et son cousin se flattent d'appartenir rHevaclide Tlepoleme, « qui rex ii Ielisi, Doridis et Thasi fuit, ex quo Heraclidae primogeniti D[i]asorini, 1. Id., ibid., p. 96. SEIZIEME SIECLE. 301 « Kyrani, hoc est reges (uncle Kyrii Doridis nominanlur, secundo vero « nati, Basilici, id est reguli ct despotac1. » Voila la fondation, pour ainsi [lire officielle, de la « seigneurie de Doride ». Si Basilicos trouvait des poetes pour 1c chanter et un empereur pour atlester par lettres-patentes qu'il descendait d'HercuIe, Diassorinos parvint a inspirer assez de confiance a un helleniste nommc Blassct pour se faire dedicr par lui un petit traite dont je posscde lOriginal et qui est intitule De I'excellence de I'affinite de la langue grecque et de la langue fran- (¦oise. L'epitre dedicatoire en vers qui figure en tete de cct opuscule est adressce : A tres nobles et illustres personnes Messieurs Diassorini*s Cuius* et Constaistinus3 Cydonius. Mais Diassorinos nourrissait des ambi- tions plus elevees. Les lauriers cueillis par Basilicos en Moldavia αιηρέ- chaient son cousin de dormir. 11 resolut de tenter une entreprise analogue, de conquerir une parcelle de tcrre hellcnique moins imaginaire que la seigneurie de Doride. Cc fut sur Chypre qu'il jcta son devoln. Cettc ile, qui appartenait alors a Venise, etait gardee par deux millc mercenaircs Albano-Grecs commandos par Megaducas. Si Ton parvenait a gagner 1c chcf'dc cette milice, e'en etait fait, au moins temporairement, de la domi- nation venitienne. Diassorinos se rend done a Chypre. D y etait deja le 17 aout 1562, date a laquelle il ecrit au patriarche oecumenique une lettrc reproduite a l'appendice du t. tlyp. 355. II ouvre une ecole a Nicosie, et sa superiorite sur les magisters do Tile lui meritc le surnom de διδάσκαλος. En outre, sa qualite d'ex-garcon apothicaire lui suflit pour se faire empirique et capter ainsi la confiance des gens. Doue d'une elocution facile, verse dans l'art d'electriser les masses et profitant de l'ascendant qu'il exergait sur les populations chypriotes, il leur parlait de la Grece antique et les exhortait a reconquerir leur liberie, en chassant 1'etranger. Pour avoir dit du mal de 1'Eglise latine, il se vit banni de Nicosie, cc qui lui valut un surcroit de popularite. II entretenait des intelligences avec Basilicos; leur ancien maitre, Hermodorc Laestarchos, etait mSle lui-meme dans l'affaire; mais le Despote, fort occupe avec ses Moldaves, ne pouvail preter aucun secours a son cousin. Cependant lc moment d'agir etait venu, et Diassorinos songeait, dans l'hypothese oil il sc rendrait maitre de Chypre, aux moyens de mettre sa conquete a l'abri d'un retour offensif des Veniticns. 11 envoya a Constantinople un hommc de confiance avec mission dc s'assurer les bonnes graces et l'appui du Sultan. Ce fut sa parte. Son dclcgue cut la tort dc de'voiler son secret a un Cre'tois, qui s'emprcssa d'allcr tout raconter 1. Sommer, VitaJacobi Detpolse, p. 62. . 2. L'dpithete dc Chius est parfaitement applicable a Diassoriuus. II avail etc eleve a Chios ct son pcrc habitait ccite ile. 3. Cc Co.nstastis etait sans doutc quclquc seigneur du meme acabii que Diassorinos. au bade de Venise. Celui-ci, sans perdre un instant, fait parvenir a Mattbicu Bembo, charge" des affaires militaires en Cliypre, un message οίι il lui raconte ce que Diassorinos tramait contre son gouveraement. Diassorinos se trouvait alors a Paphos, Bembo le fait arreter et amener sous bonne escortc ;i Nicosie. II est aussitdt juge* et condanme au dernier supplice. Apres qu'on l'eut itranghS, on chargea son cadavre sur un ane et on le conduisit a la potence oil il fut pendu par un pied. Ainsi finit cet aven- turier. Megaducas ne lui survocut que peu de temps; il fut em port e par une de ces morts subites dont le Conseil des Dix possedait le secret. Les details de cette curieuse affaire sont empruntes au rarissiine ouvrage de A. M. Gratiani De Joanne Heraclide Despota, Vallachorum Principe, libri tres elde Jacobo Didascalo, Joannis fratre1, liber unus (Varsaviae, 1759, in-8»), pp. 87-100'. On possede de Diassorinos un Eloge en vers du cardinal Reginald Pole. Ce poeme, encore inedit, se trouve a la Bodleienne, dans le manuscrit n· 2 du fonds Langbain, ff. 65 et suiv. II commence par ce vers : Ei uiv ircaiverv τις μερόπων έριχυδέα χρ^ζοι. Μ. Miller a publie un quatrain de Diassorinos sur la messe de l'apotre S. Jacques {Catalogue des manuscrit» grecs de ΓEscurial, p. 491). 1558
IACOBO DIASSORINO

ENCOMTVM MATAEI FLACII ILLYRICI SCRIPTVM GRAECIS

  1. Βιβλιογραφικό Λήμμα
  2. ENCOMTVM MATAEI FLACII ILLYRICI SCRIPTVM GRAECIS